Dès le départ, le système scolaire forme de futurs employés – et non des entrepreneurs. On nous enseigne à accepter les explications des professeurs et des autorités sans les remettre en question ; et si nous obtempérons, nous avons le droit à de bonnes notes. Le parallèle avec la vie adulte est évident : ne remettez pas en question votre employeur et vous aurez le droit à un salaire.

 

Dans un tel contexte, pas étonnant que la plupart des gens ne deviennent pas des entrepreneurs. Pour réussir, il faut être souvent tout le contraire d'un bon employé : il faut prendre des risques, il faut poser des questions, il faut essayer, il faut échouer, etc. Or, l'école ne nous prépare en rien face à tout cela. Du coup, quand certains se lancent en entrepreneuriat et échouent, ils abandonnent.

J'aimerais donc profiter de ce court article pour vous parler de l'âme de l'entrepreneur.

Il faut échouer pour réussir

À mon avis, la caractéristique principale de l'entrepreneur est que celui-ci n'abandonne jamais. Il doit être de nature optimiste – et cela parce qu'il va échouer souvent. C'est vrai même avec les grands de ce monde comme Bill Gates, Warren Buffet ou Elon Musk. Alors que l'employé a immédiatement un salaire, des ordres, un horaire – bref, une organisation –, l'entrepreneur, lui, doit tout inventer. Et les débuts sont rarement faciles.

Ne cherchez pas une formation ou un tutoriel pour devenir entrepreneur. Il n'y a pas de formule magique.

Comment voir l'échec ?

Plutôt que de voir l'échec comme un ennemi, il faut le voir comme un ami. Lorsque vous échouez, souriez et félicitez-vous : vous avez essayé quelque chose ! Prenez quelques semaines de repos si vous en avez besoin et ensuite, analysez froidement et rationnellement les causes de votre échec. Ne vous blâmez pas pour quoi que ce soit. L'objectif est d'apprendre pour que la prochaine fois soit la bonne. Si vous êtes capables d'apprivoiser l'échec, alors, croyez-moi, vous avez surmonté 50 % des obstacles des entrepreneurs.

Retour à l'accueil