Quand j'ai commencé à créer des logiciels et des sites Internet pour les autres, j'étais un travailleur autonome. J'avais aussi un travail « normal » dans une firme de sondage. Tranquillement, mes activités de programmeur ont pris de l'ampleur et j'ai pu – enfin ! – abandonner mon travail régulier. Puis, de fil en aiguille, les revenus de mon travail autonome furent de plus en plus importants. À un tel point que mon comptable m'a suggéré de m'incorporer.

Qu'est-ce que l'incorporation ?

Cependant, à l'époque, mon comptable a eu un peu de difficulté à bien m'expliquer les avantages et inconvénients de l'incorporation. J'ai décidé d'aller de l'avant, mais seulement après bien des doutes et des hésitations. J'espère donc vous épargner cela dans cet article. L'incorporation, en gros, consiste à séparer vos activités professionnelles de votre personne. Par exemple, si vous avez des employés, c'est votre compagnie incorporée qui devra assumer les responsabilités liées, et non votre personne. Ou encore, si on poursuit votre compagnie, c'est celle-ci qui est à risque de pertes, et non votre personne.

Pourquoi s'incorporer ?

Nous avons abordé une des premières raisons : limiter les dégâts financiers et judiciaires si ceux-ci devaient se produire. Il y a cependant une autre raison très importante (et positive) : les compagnies sont moins imposées que les particuliers – beaucoup moins. En d'autres mots, vous finissez avec plus d'argent dans vos poches. Qui peut dire non à cela ?

Les inconvénients de l'incorporation

Il n'y a pas d'inconvénient en soi à l'incorporation. Cependant, elle ne convient pas pour tout le monde, car il faut payer pour s'incorporer et il faut souvent engager un avocat ainsi qu'un comptable pour tenir à jour vos différents fichiers. Autrement dit, avant de s'incorporer, il faut déjà avoir un minimum de revenu ; sinon, à moins d'un cas exceptionnel, il vaut mieux rester un travailleur autonome.

Retour à l'accueil